Vol 85 (2020)
Research Notes / Notes de Recherche

Casinos and Captive Labour Markets: The Case of Casino Windsor

Alissa Mazar
University of Massachusetts, Amherst
Bio
cover of Labour/Le Travail, Volume 85
Published July 5, 2020
Keywords
  • casinos,
  • exploitation,
  • quality of employment,
  • casino workers,
  • Casino Windsor
How to Cite
Mazar, A. (2020). Casinos and Captive Labour Markets. Labour / Le Travail, 85, 199-233. https://doi.org/10.1353/llt.2020.0007

Abstract

Economically depressed communities across North America have opened casinos based on the promise of creating “good jobs.” Some scholars find that workers benefit from casinos via employment and wage growth, while others find that casinos exploit host communities, including their workers. Yet, little research addresses whom casinos employ and how workers experience the quality of employment. Existing research is based on geographic areas that house multiple casinos where workers have the mobility to move between different casino operators. Across North America, however, casinos are being adopted in economically depressed areas and in limited-licence states with large distances between casinos. Using the case study of Casino Windsor – located in Canada’s economically struggling automotive capital, Windsor, Ontario – this article speaks to whether casinos offer “good jobs” when a single casino exists in an economically struggling area. Based on 48 interviews with Windsor stakeholders and casino workers, media coverage, and descriptive statistics, these findings provide an alternative story of the employment implications of casino development when casino workers are immobile. The immobility of Casino Windsor workers results from a high unemployment rate, the absence of other employment offering comparable remuneration, and an international border. This scenario allows management to rule through disciplinary actions while still reaping the benefits of worker “loyalty” and effort. With states/provinces justifying casino developments to economically devitalized host communities by promising the creation of “good jobs,” researchers and policymakers must consider whether such developments will create and potentially exploit a captive labour supply, leading to the development of not-so-good casino jobs.

Des communautés économiquement déprimées à travers l’Amérique du Nord ont ouvert des casinos basés sur la promesse de créer de «bons emplois». Certains chercheurs constatent que les travailleurs bénéficient des casinos par l’intermédiaire de la croissance de l’emploi et des salaires, tandis que d’autres trouvent que les casinos exploitent les communautés d’accueil, y compris leurs travailleurs. Pourtant, peu de recherches portent sur qui les casinos emploient et comment les travailleurs ressentent la qualité de l’emploi. Les recherches existantes sont basées sur des zones géographiques qui abritent plusieurs casinos où les travailleurs ont la mobilité nécessaire pour se déplacer entre différents opérateurs de casino. En Amérique du Nord, cependant, les casinos sont adoptés dans les zones économiquement défavorisées et dans les États à licence limitée avec de grandes distances entre les casinos. En utilisant l’étude de cas du Casino Windsor – situé dans la capitale automobile en difficulté économique du Canada, Windsor, Ontario – cet article examine si les casinos offrent de «bons emplois» lorsqu’un seul casino existe dans une région en difficulté économique. Sur la base de 48 entrevues avec des intervenants de Windsor et des travailleurs de casino, de la couverture médiatique et de statistiques descriptives, ces résultats fournissent une autre histoire des implications du développement du casino pour l’emploi lorsque les travailleurs de casino sont immobiles. L’immobilité des travailleurs de Casino Windsor résulte d’un taux de chômage élevé, de l’absence d’autres emplois offrant une rémunération comparable et d’une frontière internationale. Ce scénario permet à la direction de se prononcer par des mesures disciplinaires tout en récoltant les avantages de la «loyauté» et des efforts des travailleurs. Alors que les États ou les provinces justifient les développements de casinos aux communautés d’accueil économiquement dévitalisées en promettant la création de «bons emplois», les chercheurs et les responsables politiques doivent prendre en considération si de tels développements peuvent créer et exploiter potentiellement une offre de main-d’œuvre captive, conduisant au développement de moins bons emplois de casino.